La Grande Villatte

La Grande Villatte

Etymologie

Le mot Villatte est ancien ; il est dérivé de ''villa'' terme gallo-romain qui désignait une possession, un domaine rural, aussi employé au moyen âge.

Histoire

La Grande Villate est un vieux manoir nozéen dans un parc orné d’un étang et ayant possédé au moyen-âge une grande vigne. Le manoir pourrait conserver des murs du XIVe siècle. La partie sur 3 niveaux aurait été construite fin XVIe-début XVIIe.

Le premier seigneur noble de la Villate attesté est Pierre Guiheneuc, d’une famille originaire de Marsac, et encore vivant en 1409. C’est un vassal du seigneur de Nozay. Dès cette époque, la seigneurie de la Villate comprend le manoir et métairie noble de la Grande Villate, lieu de naissance de la seigneurie, et le manoir et métairie noble de la Petite Villate, émanation de la première, d’où « petite ». Un peu plus tard, la métairie de la Heunière y est rattachée.

Son fils Jean l’ainé lui succède comme seigneur de la Villate, mais est tué au siège de Bouvron en 1425. Son frère, Jean le jeune, puis la fille de celui-ci, héritent alors de la seigneurie, et la tiennent jusqu’en 1444.

Les Rocaz, famille de riches marchands (non nobles) espagnols établis à Nantes, rachètent la seigneurie de la Villate à partir de 1444. Au XVIe siècle, c’est Bernard Rocaz, secrétaire du roi, qui est seigneur de la Grande et de la Petite Villate (plus la Heunière), de 1539 jusqu’en 1546. Lui succède sa fille Jeanne Rocaz, dame de la Grande et Petite Villate, mariée avant 1552 à Jean de Francheville, docteur en droit, conseiller du roi en sa chambre des comptes en Bretagne. Tous ces seigneurs ne résident plus à Nozay mais dans leurs maisons de ville à Nantes ou Rennes. Suivent Guillaume de Francheville (marié à une autre descendante de la famille Rocaz, Perrine), puis leurs fils (conseiller au parlement de Bretagne) et petit-fils (maitre d’hôtel ordinaire du roi Louis XIII), nommés tous deux Jean.

C’est ce dernier qui vend en 1628, les maisons manoirs et métairies de la Grande et Petite Villate à Claude de Cornulier, seigneur de la Touche, trésorier général des finances du roi en Bretagne. Les 2 Villate et la Heunière font partie de la châtellenie de la Touche jusqu’à la révolution, puis restent dans les mains des familles propriétaires du domaine de la Touche jusqu’en 1978. Dans la mouvance des années 1968, les bâtiments de la Grande Villate ont été occupés par une communauté de jeunes qui n’est pas arrivée à pérenniser l’envie du retour à la terre.

Depuis la fin du XVe siècle et jusqu’au XXe siècle, les manoirs de la Villate ne sont plus que des métairies, des fermes, occupées par des métayers, des fermiers.

Recherche Yohann Gourdon, historien, juin 2015
Sources : archives originales des archives départementales 44 et archives communales.

J'aime Bof 2 personnes ont aimé cette page.