P’tit train s'en va dans la campagne

P’tit train s'en va dans la campagne

C’est sous une pluie glaciale qu’une foule de curieux se pressait vendredi 28 février sous la petite aubette de la nouvelle gare pour attendre l’arrivée officielle du premier tram-train en provenance de Nantes. Et les souvenirs de remonter à la mémoire. C’est Nicole qui prenait la Micheline pour aller au lycée de Châteaubriant puis à Nantes pour faire ses études supérieures. Chacun y allait de ses anecdotes, regrets et critiques. « Pourquoi ont-ils fermé cette ligne il y a 34 ans ? » « Quand on veut fermer une ligne, il suffit d’arriver régulièrement en retard pour faire rater la correspondance à Nantes ». « Non rentable, place à la voiture… »

« Le voilà ! » cria Jean et tous les regards de se fixer sur un point bleu, vert et violet qui grossit pour venir s’arrêter à nos pieds. Les quelques heureux possesseurs de réservations bondirent dans les voitures bondées de voyageurs hilares, les portes se refermèrent et le voilà déjà reparti…

« Tu te souviens Gérard en avril 2012 ? » Les riverains étaient déjà là en spectateurs d’un travail qu’ils n’avaient jamais vu auparavant : la pose de 100 mètres de rail d’un seul tenant. Avec une habileté incroyable ces travailleurs de l’ombre, puisqu’ils étaient plus habitués à travailler la nuit dans le métro parisien, soulevaient avant de déposer avec légèreté et précision des tonnes de métal.

« Mais alors on ne s’arrêtera plus à Gâtines ? », renchérit une autre spectatrice. « Hé non, pas plus qu’à Saffré-Joué. Tout change, c’est le progrès ! »

Une comptine enfantine nous revient alors : « Un p’tit train s’en va dans la campagne. Un p’tit train s’en va de bon matin !!! »

JP

J'aime Bof