La pierre bleue

La pierre bleue

Au premier abord, Nozay semble peu se différencier des autres villes de Bretagne. Et si son histoire se confond avec celle de la Bretagne toute entière, en revanche, on ne peut pas ne pas être frappé par ses particularités: l'originalité certaine de ses vieux édifices, la singularité de ses ceintures, le nombre impressionnant de calvaires élevés aux carrefours des chemins et au bord des routes.

Et l'on recherchera ailleurs, mais en vain, semblable matériau utilisé à des fins utilitaires, ornementales ou votives...


Bleue ou verte, selon le regard ou le temps, pierre ''à tout faire'', la pierre de Nozay marque de son empreinte austère et mélancolique le paysage de Nozay.

Et sans le savoir, le nom de certains villages évoquent toujours la richesse de leurs sous-sols, car si aujourd'hui, les carriers sont rares et les carrières abandonnées, l'extraction et le travail de ce schiste ardoisier furent sans conteste la plus grande industrie de Nozay, la plus ancienne aussi.

En effet, dès le IIème siècle, les exploitations de pierre sont en pleine activité. Les Romains l'utilisèrent abondamment, notamment pour la construction des voies.

Du règne de Saint-Louis (1226) à celui d'Henri IV (1589), l'extraction de la pierre bleue connaît une période florissante.

La ferme de la Grande Villate, jadis demeure d'un gentilhomme du pays, date du XIIIème siècle. Elle est, semble-t-il, le plus ancien monument qui porte la trace du travail de la taille dans l'emploi de la pierre de Nozay : meneau en pierre, orné de moulures faites au ciseau.

En effet, sous les règnes des ducs de Bretagne. rarement la France et la Bretagne n'éprouvèrent un tel sentiment de sécurité et de bien-être. Il n'est pas à cette époque de gentilhomme qui n'éprouve le besoin de reconstruire sa demeure.

Toutes les maisons qui s'édifièrent alors, sont construites sur le même modèle, comme en témoignent les petits manoirs de l'Aurière, de Coisbrac. de Rosabonnet, les hôtels de la Motte, du Fresche...

Généralement simples et austères, construites en pierre de Nozay comme leur escalier à vis, les plus belles pierres bleues sont réservées à l'ornement principal, la cheminée, dont elles forment le linteau, parfois sculpté d'un blason ou d'une image pieuse, mais aussi à l'encadrement des fenêtres et des portes.

Le XVIème siècle est son âge d'or. Nozay avait alors pour seigneur Jean de Laval, baron de Châteaubriant.

Si Nozay se souvient de Jean de Laval, ce n'est pas seulement parce qu'il fut son seigneur ou l'une des plus grosses fortunes de France ou encore un époux éconduit: si Nozay se souvient, c'est peut-être aussi parce qu'il fit beaucoup d'honneur à la pierre bleue lorsque, de retour des guerres d'Italie et résolu à se faire construire un château dans le goût de la Renaissance italienne, il demanda à ce qu'elle fût utilisée. Sans doute avait-il remarqué la beauté de ces pierres lors de ses nombreux séjours à la Ville-au-Chef.

Les marches du grand escalier du château (de Châteaubriant), conduisant au balcon d'honneur, sont en pierre de Nozay, mais aussi les colonnes et pilastres des arcades formant la galerie ceignant la cour du château.

Et c'est là chose extraordinaire, Jean de Laval obtint de ses architectes et artistes que, pour la première fois, la pierre de Nozay fût tournée. Le cas est unique.

La pierre de Nozay est à son apogée, son déclin s'amorce.

Dès lors, seuls des matériaux de construction sont tirés des carrières, la pierre cessa d'être travaillée avec soin, les ornements sont de pierres blanches.

J'aime Bof 2 personnes ont aimé cette page.